retaccAAEIP.gif (56740 octets)

ASSOCIATION DES ANCIENS ELEVES DE L’INSTITUT PASTEUR

Visioconférence du 18 juin 2021

 

De l’Ulcère de Buruli à la Cancérologie : le destin inattendu d’une toxine bactérienne

Caroline Demangel

Unité d’Immunobiologie de l‘Infection - Institut Pasteur et INSERM U1224 – Paris, France https://research.pasteur.fr/fr/team/immunobiology-of-infection

Résumé :

Notre équipe étudie les stratégies d’infection durable développées par les mycobactéries pour déjouer nos défenses immunitaires, et établir des infections chroniques chez l’homme. Mycobacterium ulcerans, la bactérie responsable de l’Ulcère de Buruli, nous intéresse tout particulièrement car elle fabrique une toxine qui agit en bloquant le système de sécrétion des cellules humaines. La mycolactone altère ainsi leur capacité à communiquer entre elles et avec leur environnement. A terme, elle induit un stress qui peut évoluer vers le suicide cellulaire. Nous avons observé que certaines tumeurs, dont la croissance et la dissémination dépendent fortement du système de sécrétion cellulaire, sont extrêmement sensibles à l’action de la mycolactone. De manière ironique, nos recherches sur une maladie tropicale négligée pourraient donc permettre d’identifier une nouvelle molécule anti-cancéreuse.

Vous porrez télécharger le diaporama de la conférence en cliquant ici (format pdf)

L'enregistrement de la visioconférence sera disponible sur la chaine Institut Pasteur EDUCATION YouTube.

 

Biographie de la conférencière :

Caroline Demangel est Ingénieure diplômée de l'Institut National d'Agronomie Paris-Grignon (INA-PG, aujourd’hui AgroParisTech).
A l’issue d’un doctorat effectué au sein du Département Santé et Sciences du Vivant de la Société Bertin Technologies (Plaisir, France), elle a décidé de se tourner vers la recherche académique. Après un post-doctorat en ingénierie des anticorps à l'Institut Pasteur, elle a obtenu un poste de chercheuse statutaire en 1996. Attirée par l’Immunologie, elle a ensuite rejoint le Centenary Institute à Sydney en 1998 pour concevoir et tester de nouveaux vaccins anti-tuberculeux qui ciblent les cellules dendritiques. Elle est revenue à l'Institut Pasteur en 2002 avec le projet de développer de nouvelles approches de diagnostic et de prévention des maladies mycobactériennes négligées, en particulier l'Ulcère de Buruli. Elle a été promue directrice de recherche en 2008 et depuis 2011, elle dirige l'unité d’Immunobiologie de l’infection dans le département d'Immunologie.
Ses travaux actuels se concentrent sur les stratégies développées par les pathogènes mycobactériens pour réprimer le système immunitaire, et sur la manière de les exploiter pour développer des thérapies innovantes.